10 avril 2008

Le Whum

Quand tu vis en Gwada, il y a un truc qu’il faut aimer, c’est le Rhum. Si tu refuses un Ti-Punch chez un local, tu peux facilement passer pour une mauviette. Bon, alors le Rhum ici, il est un peu comme qui dirait « sa race de fort ». La première impression, c’est que t’as avalé de l’eau de vie Allemande, sauf qu’arrive la deuxième impression. C’est bon. C’est parfumé.

En Gwada il y a plein de marques de rhum : Le Damoiseau, Le Longueteau, Le Montebello, Le Reimoneink, le Domaine de Severin, le Bologne (le plus vendu) plus les rhums de Marie-Galante, qui titrent tout de même à 59° : Bielle, Domaine du Père-Labat, et Domaine de Bellevue. Dans tout ça, vous me direz, lequel est le meilleur ? Bon, alors il faut savoir que pour un guadeloupéen, le meilleur, c’est celui qui est produit chez lui, dans la distillerie la plus proche. Moi au début, je trouvais qu’ils arrachaient tous autant les uns que les autres, mais ça doit faire trop longtemps que je suis ici, parce que maintenant j’ai une préférence pour Le domaine de Severin, mon préféré en Guadeloupe continentale et pour le Bielle : celui que je préfère entre tous.

Si tu demandes à un guadeloupéen, le rhum est un produit miracle, ça soigne le rhume, les douleurs articulaires, le mal de gorge, enfin, bon, je suis quand même pas sûre que ça soigne la cirrhose du foie… Je dois bien avouer que l’autre jour j’avais un affreux bouton au fond de la gorge, j’ai passé un coton-tige imbibé dans du rhum dessus, et ben mon bouton est parti !

Pour ceux qui ne sauraient pas, je vis dans un haut de villa, juste au dessus de mes propriétaires qui sont antillais. C’est un petit couple de retraités adorable. Ils s’appellent monsieur et madame Quatre-quarts, en fait il ne s’appellent pas vraiment comme ça, ils ont le nom d’une autre pâtisserie, mais pour des raisons d’anonymat…

Monsieur Quatre-quarts est très marrant, parce qu’il aime beaucoup le rhum. Par contre, il boit jamais tout seul, ça non, c’est pas son genre, il boit avec ses amis… Le truc, c’est que ces amis passent tous les jours à la maison. Je vous disais, le ti-punch, ça arrache un peu la gueule, ici, il appellent ça un CRS (citron, rhum, sucre). Alors moi vous voyez, quand je prend l’apéro chez mes propios, je tente de me faire un CrS, avec beaucoup de citron, et beaucoup de sucre, mais faut la jouer discret. Parce que tu vois, sinon tu passes encore pour une métro( une métropolitaine, c'est comme ça qu'on appelle les blancs ici) qui ne sait pas boire, moi plusieurs fois déjà, on m’a dit que je mettais trop de sucre et de citron, et quand je réponds « oui mais j’aime bien comme ça », je sens bien peser ce regard sur moi, vous savez, ce regard qui dit « petite nature va ! ». Monsieur Quatre-quarts, il dit que « le whum agwicole il est natiwel. Il n’y a wien de plus natiwel», et que ce qui saoule, «c’est le citwon et le sucwe », quand aux glaçons, n’en parlons même pas, et « les jus de fruits dans le whum c’est le piwe, c’est ça qui donne mal à la tête ». L’autre jour j’avais mal à la tête, alors Monsieur Quatre-quarts m’a dit « pwend donc un Ti-Punch Manu», ça soigne tout j’vous dis. Madame Quatre-quarts elle dit qu’il ne faut pas écouter les bêtises de son mari, et de prendre plutôt de l’ibuprofène si j’ai mal à la tête, enfin, de « l’ibupwofène »Lui, il dit que Monsieur Quatre-quarts il est confit dans le rhum.

Monsieur Quatre-quarts il fait aussi du punch coco. Ca c’est super bon. Parfois je prend un punch coco. Monsieur Quatre-quarts aussi, il en prend un, pour accompagner son Ti-punch, mais bon, il remet une rasade de rhum pur dedans, parce que sinon c’est pas assez fort.

On a tord de sous-estimer la force du rhum antillais. Pendant les vacances avec Lui j’ai pris un planteur au restau, pourtant, un planteur, c’est plein de jus de fruits ! Et ben j’étais complètement paf après UN SEUL planteur ! Je disais plein de conneries, et Lui était mort de rire. Moi je trouvais pas ça drôle, parce qu’on était dans un restau sur la plage, et pour retourner à la serviette c’était pas facile avec toutes les racines par terre.

Il a peut être raison monsieur Quatre-quarts, le rhum, faut le boire « puw, c’est les jus de fwuits qui saoulent ! »

Posté par Manu_0210 à 00:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Le Whum

    Contente de te relire...

    Posté par paikanne, 10 avril 2008 à 16:13 | | Répondre
  • Tu es revenue, ça fait plaisir !

    Posté par Hermione, 14 avril 2008 à 17:16 | | Répondre
  • Un test de passage ?

    Hello !

    Effectivement, je pense que tu as raison de dire que le fait de ne pas vider punch sur punch est une preuve locale de faiblesse

    Quand je suis arrivé en Guadeloupe, je m'étais payé le luxe d'un petit tour complet de l'île les deux premiers jours, histoire de cerner le territoire.
    Le deuxième jour, il devait être dans les 15 heures, j'arrivais à Deshaies et j'en avais marre de rouler comme un c*n. Arrêt de la bagnole. Direction un troquet. Mode touriste activé. Là, je passe devant un petit pépère un peu assoupi devant un restau vaguement ouvert. Il me stoppe net :

    - (lui) T'es en vacances ?
    - (moi) Ben, oui et non. Je commence à bosser dans deux jours.
    - Ah ben t'as le temps alors.
    - Ben, heu... oui, je profite.
    - Tu bois un coup ?
    - Ben, heu... oui.

    Il m'intime quasiment l'ordre de m'assoir à sa table, se retourne vaguement vers l'intérieur sombre du restau et dit un truc que je ne comprends pas.

    - (moi) C'est la mienne, vous voulez quoi ?
    - (lui) Laisse, c'est bon, ça arrive.
    - Ah ? (merde, je voulais une mousse bien fraîche moi ? Il a commandé quoi ?)

    Une petite jeune fille arrive, pose deux verres à moutarde à demi remplis de flotte (?) sur la table, une carafe d'eau et disparaît, sans dire un mot.
    Le vieux gars lève son verre, me dit "cul sec !" et s'exécute. Bonk! Son verre cogne la table au retour, il le remplit à nouveau avec de l'eau et re-bonk! le re-cogne après l'avoir re-vidé.
    Moi, surpris, me dis qu'ils sont quand même bizarre ici et avale une belle gorgée d'ea***** sgurp argl! **** pUt*iN, c'EsT pAs dE l'EaU ! (tousse tousse).
    Le vieux, lui, il se marre... Rhum pur. Moi je finis de tousser. Il fait une chaleur abominable, même si on est en février. ça me monte à la tête direct, genre "les oreilles qui rougissent".
    "Un sec" qu'ils appellent ça. La technique est simple : un demi-verre de rhum "an fé" (un feu), et tout de suite un demi-verre d'eau (pour éteindre le feu).
    Trente secondes plus tard, après avoir tenté de retarder la fin du verre en sortant des conner*es du genre "ah ben, c'est fort sans sucre quand même" et autres affligeantes banalités, je suis parvenu à vider mon godet (et à quasiment finir la carafe d'eau par la même occasion).
    Le vieux s'est pas démonté : il s'est retourné vers le restau et a gueulé :
    "La même chose, c'est lui qui paye !"

    Après cet examen de passage, j'ai réussi à rentrer au Gosier, où ma boîte me payait un hôtel, et j'ai fait semblant de ne pas être à moitié bourré jusqu'au coucher du soleil.

    Posté par Guillaume, 28 avril 2008 à 20:53 | | Répondre
  • Salut Guillaume, j'ai mis un peu de temps à répondre. J'ai beaucoup apprécié ta petite anecdote, effectivement, je pense comme toi que boire le rhum chez des antillais c'est un peu un rite de passage. Wouhou, Deshais / Gosier bourré, ça aurait pu être dangereux tout de même!

    Posté par Manu, 30 juin 2008 à 12:34 | | Répondre
  • Mmmm...

    Hello !
    Pas de problème pour le "retard", on a tous plein de trucs importants à régler
    Et : oui. Deshaies / Le Gosier à 2 grammes, c'était pas malin. Comme c'était pas malin de se laisser entraîner dans le jeu de c*ns du pépère. Bah! ça fait de l'anecdote. Et pour info : je vis maintenant à Deshaies. Des fois que je recroise un apérophile, au moins, je rentrerai à pieds

    Posté par ElGuillermo, 21 juillet 2008 à 07:29 | | Répondre
Nouveau commentaire